Les rosiers de nos jardins et d'ailleurs
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Pour les recherches sur un rosier consultez d'abord l'index (troisième forum en partant du haut). Pour les nouvelles et nouveaux inscrit(e)s, lire impérativement le message du deuxième forum svp !

Partagez
 

 Un article que j'ai écrit à la demande des Rosenfreunde

Aller en bas 
AuteurMessage
Madame Alfred
Rosier grimpant
Rosier grimpant
Madame Alfred

Messages : 3898
Date d'inscription : 06/01/2013
Age : 76
Localisation : Suisse Chablais vaudois

Un article que j'ai écrit à la demande des Rosenfreunde  Empty
MessageSujet: Un article que j'ai écrit à la demande des Rosenfreunde    Un article que j'ai écrit à la demande des Rosenfreunde  Icon_minitimeJeu 19 Sep 2019, 11:08

Senteurs de roses

La nature m’a dotée d’un très bon odorat, une aubaine pour les bonnes odeurs, une malédiction pour les nauséabondes. Malheureusement je n’ai pas un Nez de parfumeur qui me permettrait de dissocier les éléments d’un parfum, heureusement on trouve de l’aide dans les livres et sur internet, notamment sur le fameux site Help Me Find. (https://www.helpmefind.com/roses/)

A l’origine, ma quête des rosiers parfumés était due à mon envie de confectionner des pots-pourris, dont un des principaux composants se trouvent être les pétales de roses.

Tous les rosiers dont il est question ci-dessous, s’épanouissent dans notre jardin, sis à Ollon dans le Chablais vaudois.

Chaque printemps, j’attends avec impatience l’éclosion de la première rose parfumée. Chaque année, fidèle au rendez-vous, c’est un rosier pour lequel j’ai une tendresse particulière qui marque le départ du festival olfactif. Malgré son port dégingandé et peu attractif, « Stanwell Perpetual » avec son délicieux parfum de rose ancienne et feuilles de « Geranium Rosat », ouvre ainsi le bal des senteurs.

Suivent les roses du groupe Gallicanae, dont les espèces botaniques telles que R.gallica et R. galllica versicolor offrent un parfum de roses anciennes très pur, perceptible surtout à l’ouverture de leurs fleurs. De ses étamines, émane un léger parfum de musc. En ce qui concerne les cultivars comme « Agatha Incarnata », « Belle de Crécy » « Tuscany » le parfum de roses anciennes s’accompagne de notes de citron, d’amande et de miel, plus prononcées chez les roses plus foncées.

Les fragrances des roses de Damas : « Celsiana », « Ville de Bruxelles », sont chaudes et enivrantes avec une touche épicée.

Les Mousseux, « Marie de Blois », « Mousseux du Japon » « Soupert et Notting » exhalent un parfum puissant, sans compter l’odeur délicieuse de résine dégagée par la mousse de leur calice.

Le parfum des « Maiden’s Blush Great », « Maiden’s Blush Small » et « Cuisse de Nymphe émue », accompagnées de « Félicité Parmentier », « Pompon Blanc Parfait » dégage un doux parfum agrémenté d’une note de fraîcheur évoquant la feuille de cresson. Le parfum de « Königin von Dänemark » est plus proche des galliques et celui de « Celestial » des
damascenas.

Les hybrides de R. rugosa, comme « Hansa », « Roseraie de l’Haÿ » « Gelbe Fru Dagmar Hastrup » offrent quant à elles un bouquet de senteurs chaudes, proche du clou de girofle.


Un de mes rosiers préférés est le portlandica « Rose de Rescht » non seulement remontant mais richement parfumé du fait de son croisement entre « Autumn Damask et R. gallica.
J’apprécie le parfum musqué additionné de miel chaud, de clou de girofle et d’iris des rosiers de Pemberton tels « Félicia », « Pénélope ».



Un petit rosier qui ne paie pas de mine, aux fleurs blanches semi-doubles : Margaret Merril, doté d’un puissant parfum épicé nuancé d’arôme citronné.

Certains puissants parfums peuvent devenir écoeurants, pour moi ce fut le cas pour « Jardin de Bagatelle », rosier mort depuis longtemps et que je n’ai pas remplacé.

Les roses anglaises offrent une grande variété de fragrances. « Constance Spry », la première rose créé par David Austin a pour parent « Belle Isis » connue pour son parfum de myrrhe dont elle a hérité c’est aussi celui de « Cymbeline ». « Abraham Darby » a un fort parfum fruité tandis que de « Brother Cadfael » et « Gertrude Jekyll » on profite de l’envoûtant et puissant parfum de rose ancienne. L’arôme de thé sucré et citronné de « Golden Celebration » est intense et varie selon l’ensoleilement. Chez «Jayne Austin » c’est le parfum de thé qui prédomine, semblable à ce qui nous vient à l’ouverture d’un paquet de thé de Chine.
C’est l’introduction de R. chinensis et R. gigantesa en Europe à la fin du XVIIIe siècle qui a permis la création des rosiers remontants. Par ailleurs, ces roses chinoises ont un parfum très particulier composé de molécules absentes des espèces de roses européennes. Ce parfum unique a été qualifié d’odeur de « thé » en raison, soit de ses fragrances subtiles rappelant l’odeur d’humus et de thé, soit d’une déformation du nom de l’exportateur, la pépinière Fa-Tee près de Canton. Eminent représentant de cette catégorie, mon R. gigantea ne m’a donné que deux fleurs à ce jour.
En 2009, Raymond Kaiser, Nez professionnel chez la maison Givaudan est venu capter le parfum de mon « Maréchal Niel », aux arômes de thé et de framboise. A cette occasion il m’a signalé que ce rosier avait pour parent R. gigantea.




C’est lors d’un voyage en Irlande, séjournant dans un charmant B&B de Blackrock que je découvris et humai pour la première fois le parfum de pêche de « Fragrant Cloud ». Dès notre retour il fut planté dans le jardin
Parmis mes nombreux rosiers grimpants, il y a « Compassion » et sa puissante fragrance, mais mon préféré est sans conteste « Madame Alfred Carrière » ; tout est parfait dans cette variété, son port, sa remontance, la beauté de sa fleur carnée, son divin parfum aux fragrances de pamplemousse, de litchi, de mangue et de cassis. Même le broyat de ses branches et feuilles dégage une délicieuse odeur.



Ce printemps j’ai assisté à un curieux phénomène : à sa première floraison « Mme Issac Pereire » pourtant célèbre pour être le plus somptueux et intense des parfums ne sentait absolument rien. Par bonheur à sa deuxième floraison l’enchantement était de retour.

Sur mon site web, jardinschussele.ch, j’ai attribué des étoiles allant de * à **** aux rosiers du jardin. J’eus pu en évoquer d’autres mais je n’ai cité ici que mes préférés.


Références bibliographiques
www.helpmefind.com/roses/)
Robert Calkin
David Austin « Les roses anglaises » Bordas 1995
Gerbaud
Les jardins de Malorie.
Article de Jean-Claude Caissard, Sylvie Baudino et Philippe Hugueney . Pour la Science N°376 - février 2009
www.jardinschussele.ch
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jardinschussele.ch/
 
Un article que j'ai écrit à la demande des Rosenfreunde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Planete-des-rosiers.forumactif.org :: Les roses par couleur / Les parfums des roses :: Les parfums des roses-
Sauter vers: